Veuillez patienter...
  • Botanic
  • Une haie écologique et vivante !

Une haie écologique et vivante !

Jean-Marc Chery, du blog www.planetejardin.com, nous donne quelques petits conseils pour créer une haie accueillante pour la faune du jardin.

Une haie écologique et vivante !

Ce qu’il ne faut pas faire, c’est le béton vert...

Pour une haie foisonnante de vie, bannissez les alignements d’arbustes monospécifiques, entendons par là des alignements monotones de la même espèce.
Subissant les mêmes inconvénients que la monoculture, un unique insecte parasite pourrait vous obliger à arracher toute votre haie.

Évitez les espèces exotiques comme le thuya, les cyprès ou encore le laurier palme. Les deux premiers n’attirent aucun insecte indigène (mis à part le terrible bupreste du thuya) et le dernier figure sur une liste des espèces invasives publiée par le ministère du Développement durable. De plus, ces plantes de haie exotiques rendent le sol complétementstérile (acidité et composés toxiques) et hostile à toute vie « sur terre » et sous terre.

une-haie-ecologique-et-vivante_2
La 2HVA : Haie à Haute Valeur Ajoutée

La 2HVA : Haie à Haute Valeur Ajoutée

La haie doit apporter de la valeur au jardin. Non pas seulement une valeur esthétique, mais également biofonctionnelle : les insectes hébergés dans la haie peuvent venir défendre les légumes du potager pendant l’été. Elle doit être constituée d’espèces locales adaptées au climat, au sol et à la faune indigène de votre région. Elles doivent apporter abri et nourriture pour les insectes, les oiseaux et les petits mammifères (hérissons et écureuils notamment). Parmi ces espèces citons le charme (au feuillage marcescent chouchou de certaines chrysopes), les plantes produisant des baies et fruits comme le noisetier, certains cornouillers, l’aubépine, l’églantier, le sureau noir, la viorne obier, le prunelier...

une-haie-ecologique-et-vivante_4

Veillez lors de votre achat à privilégier les espèces sauvages (moins faciles à dénicher) par rapport aux espèces horticoles esthétiques mais présentant peu d’intérêts écologiques.

Ne ramassez pas les feuilles, pour favoriser la création d’un humus de sous-bois propice à la vie du sol.

Une fois établie et adulte, ce qui prendra 8 à 10 ans la haie verra se développer une végétation secondaire comme du lierre ou de la bryone.
Laissez cette végétation se développer en la gardant sous contrôle si la haie est encore jeune. Cela ne lui apportera que plus de valeur écologique.
Créez une zone tampon entre la haie et le jardin ou la pelouse en semant une bande de prairie fleurie ou en laissant une zone non tondue au pied de celle-ci. En été les insectes ont tendance à quitter la haie pour chercher la nourriture sur la végétation basse. Certains entomologistes appellent cette zone un ourlet.

Crédit texte : Jean-Marc - Newsweed.info et photos : Arnaud Childéric.

Blog : www.planetejardin.com

A lire également

×
AVEC LE CLICK &COLLECT
JE RETIRE MA COMMANDE EN 2H
DANS MON MAGASIN BOTANIC®

© 2018 botanic® - v.1.0.0.0