Veuillez patienter...

Récupérer l'eau de pluie

La récupération de l'eau de pluie va devenir une nécessité pour tous ceux qui entretiennent un jardin ou quelques jardinières sur une terrasse. Cette eau est excellente pour arroser les légumes et les fleurs.
Si la toiture qui capte l'eau de pluie et la draine est en bon état, elle n'est pas calcaire, peu minéralisée, non acide, toujours tempérée. L'idéal pour réaliser vos purins d'ortie et de prêle si salutaires à la santé des plantes.
Quelle quantité récupérer ?

Quelle quantité récupérer ?

En France, la pluviosité (quantité de pluie tombée sur une zone géographique en un intervalle de temps donné) annuelle moyenne est de 700 mm, soit 700 litres par mètre carré (à nuancer selon les régions).
La toiture d'une maison de 100 m² peut récolter au minimum 70 000 litres soit 70 m3 d'eau.
Évidemment, il n'est pas possible d'installer une cuve de 70 m3 pour récupérer toute cette eau.

Quel volume pour votre récupérateur ?
Les cuves de récupération de 500 litres jusqu'à 1000 litres (1m3), suffisent pour arroser les jardinières et les potées, quelques semis et un petit jardin jusqu'à 50 m2, mais guère plus. Ce qui est déjà rentable car l'eau coûte cher. Il est possible d'installer plusieurs cuves reliées les unes aux autres en dérivation, afin d'accroître la capacité de stockage.
Pour les besoins d'un grand jardin, un potager familial par exemple, ou un jardin d'ornement comprenant des roses et des fleurs annuelles, une réserve de 2 à 3 m3 sera nécessaire. Prévoyez plus grand en région méridionale où la pluie tombe souvent sur de courtes périodes, mais peu en été lorsque les besoins sont importants.
Quelle sorte de cuve ?
Des cuves aériennes sous forme de tonneau, de jarre, de colonne, de mur, sont disponibles avec des volumes jusqu'à 1 m3. Posez votre récupérateur solidement, de préférence au nord de la maison, et reliez-le à la descente de gouttière munie d'un collecteur avec filtre et trop plein. La pose de la cuve en position surélevée avec un socle rendra plus facile le soutirage de l'eau par le robinet situé en bas de la cuve. Dans les régions gélives, videz-la en hiver ou protégez les parois.
Pour des volumes plus importants, la meilleure solution réside dans une citerne enterrée ou installée dans un sous-sol. Quitte à creuser un trou, voyez tout de suite les choses en grand. Prévoyez dans ce cas des filtres à intercaler entre le système de récupération et la cuve, ainsi qu’une pompe pour puiser l'eau en profondeur.

Crédit Texte : Denis Pepin / Crédit Photo : ©Arnaud Childeric

Notre sélection de récupérateur d'eau

Vous aimerez aussi

© 2017 botanic® - v.0.1.0.0