Veuillez patienter...

Les races de lapin

Avec leurs grandes dents, leurs mignonnes oreilles et leur toison soyeuse, les lapins font le bonheur des petits et des grands. Parce que chez eux, tout est une question de proportion, les races de lapins sont aujourd'hui classées en prenant le poids comme critère de base.

Les races de lapin
Du plus grand au plus petit

Du plus grand au plus petit

Petits et mignons ? Si les lapins sont tous mignons, leur taille est une autre histoire. A tort, nous les imaginons tous assez petits, puisque la plupart des lapins présentés en animalerie sont des juvéniles et leur taille adulte n'est pas encore atteinte.

Certains très gros lapins ont pourtant des gabarits impressionnants et la catégorie des « géants » rassemble ceux de plus de 5 kg.

Parmi ces « poids lourds », on retrouve plusieurs races emblématiques, dont le géant blanc du Bouscat, le bélier français, le géant papillon français ou encore le géant des Flandres. Attention donc à anticiper la taille adulte de ces spécimens attachants et particulièrement impressionnants.

Entre 3 et 5,5 kg, les lapins dits « moyens » font leur entrée. Moins spectaculaires que les géants, mais tout de même assez gros, les japonais, bleus de Vienne, normands, blancs de Vendée et néo-zélandais viennent des quatre coins du globe. Cette catégorie est la plus courante, puisque 25 races ont été recensées.

Viennent ensuite les petites races, bien moins massives que les géants, mais très grandes par rapport aux nains ou toy. Les lapins russes, chinchillas, hollandais, havane français ou zibeline pèsent entre 2 et 3,5 kg à l'âge adulte.

Enfin, les lapins nains n'ont presque plus besoin d'être présentés, puisqu'ils englobent toutes les races de lapins privilégiés pour la compagnie.

Jusqu'à 2 kg maximum, ces lapins petit format sont le résultat relativement récent d'un croisement entre une race polonaise et plusieurs races miniatures anglaises.

Au départ, ces adorables boules de poils étaient toutes blanches, créant ainsi la race hermine, première de la catégorie « nains ».

Plus tard, d'autres croisements ont donné le fameux angora, le bélier ou encore le rex dont le pelage doux fait des ravages.

Unicolore, himalayen ou même agouti, les couleurs ne manquent pas et rendent le choix plus difficile.

Même jeunes, les lapins nains sont facilement reconnaissables, car leurs oreilles sont nettement plus courtes que celles des autres catégories.

Entretien et bien-être de ces boules d'affection
Entretien et bien-être de ces boules d'affection

S'ils sont craquants avec leur gabarit fragile, les lapins nains supportent cependant la vie en extérieur, même s'il est préférable de les faire dormir au chaud la nuit. Ils apprécient autant l'herbe fraîche que les gros lapins, mais il convient de les habituer petit à petit à l'environnement extérieur et son climat plus rigoureux.

Les lapins ont besoin d'une cage ou d'un espace dédié, dans lequel ils trouveront de l'eau fraîche, du foin à grignoter et de la paille sur laquelle s'installer et faire leurs besoins.

Attention à leur éviter l'ensoleillement direct et les courants d'air, même s'ils apprécient un petit espace ensoleillé pour pouvoir lézarder un peu.

Contrairement aux idées reçues, les lapins de petite taille sont de vraies boules d'énergie et se montrent parfois plus actifs que les grandes races. Ils ont besoin de courir et de sautiller à leur guise et adorent les sorties.

Qu'ils soient petits, grands, mâles ou femelles, les lapins sont peu exigeants et cohabitent sans difficulté. Bien sûr, il faudra penser à les faire stériliser avant d'envisager de les mettre ensemble.

Crédit photo : ©Arnaud Childéric  ©istock

Vous aimerez aussi

×
AVEC LE CLICK &COLLECT
JE RETIRE MA COMMANDE EN 2H
DANS MON MAGASIN BOTANIC®

© 2018 botanic® - v.1.0.0.0