Veuillez patienter...

Un jardin naturel

Sylvaine Boisson, du blog jardin, nous parle de son jardin urbain, qu’elle essaye de garder le plus naturel possible pour plus de plaisir !

Dans mon Clos citadin, j’essaie de créer un havre de verdure favorable à la faune et à la biodiversité, et j’accueille volontiers des petites plantes sauvages qui font le bonheur des premiers butineurs.
Les primevères, messagères du printemps, fleurissent très tôt, parfois même dès l’automne. Je les laisse se semer où elles veulent et elles forment des coussins colorés et fleuris ou des tapis aux couleurs tendres dans tous les massifs ombragés du jardin.

Un jardin naturel

Mon jardin

Viola odorata, se plaisent dans les recoins sombres, à la lisière des arbres et arbustes. Timides, discrètes, on les remarque à peine au milieu des coloris éclatants du printemps mais qu’elles soient d’une teinte violet foncé ou clair, leur parfum attire une foule de petites bêtes. Deux autres petites plantes sauvages, la ficaire, Ranunculus ficaria, qui forme de beaux tapis jaunes, gais comme des petits soleils et la véronique à feuilles de chêne, Veronica hederifolia, aux fleurs minuscules, qui court, trotte, s’étale, ont aussi « droit de cité » .
Toutes ces plantes venues toutes seules ont tendance à être un tantinet envahissantes. Il faut les contrôler, et essayer de trouver un équilibre entre les plantes cultivées et les sauvageonnes pour qu’elles vivent en bonne harmonie. Mais n’est-ce pas un vrai bonheur, une récompense presque, dans un jardin urbain, de découvrir un jour des coucous semés par le vent ou les oiseaux, le frais minois d’une petite Primula sylvestris ou la pure et candide floraison d’une violette à fleurs blanches ?

Texte et photo : ©Sylvaine Boisson. Blog : http://sylvaine92.blogspot.fr

×
AVEC LE CLICK &COLLECT
JE RETIRE MA COMMANDE EN 2H
DANS MON MAGASIN BOTANIC®

© 2018 botanic® - v.1.0.0.0