Veuillez patienter...

Comment préparer le purin d'ortie

Le purin d'ortie, connu des seuls jardiniers bios il y a encore peu, est devenu en quelques mois à peine le produit emblématique du jardinage au naturel grâce à une loi (loi d'orientation agricole du 5 janvier 2007) qui en interdit la commercialisation en tant que produit stimulant des défenses naturelles et insecticide et interdit de mentionner ses propriétés phytopharmaceutiques.

La loi n'a pas interdit sa vente pour des usages non phytopharmaceutiques, par exemple comme activateur de croissance des plantes ou de fermentation du compost, ni sa fabrication par les jardiniers amateurs. La fabrication « maison » est encore le meilleur moyen d’obtenir du purin d’ortie, on devrait dire « extrait fermenté d’ortie », et de profiter de ses propriétés bien réelles pour renforcer la croissance et les défenses des plantes, enrichir le sol et stimuler le compostage. Vous pourrez sans souci profiter de sa richesse en minéraux (fer), azote, silice, vitamines, acide formique et en hormones de croissance.

Toutefois, pour être vraiment efficace, cet extrait fermenté doit être préparé avec soin.

1/ De l’eau non calcaire.

Remplissez un seau en plastique (pas en métal) de 10 litres d’eau ni calcaire, ni trop acide (pH entre 5 et 7). Il est possible d'acidifier un peu une eau calcaire avec quelques gouttes de vinaigre blanc. L'idéal est une eau de pluie collectée sur un toit en ardoise ou en tuile, pas en ciment ni en amiante-ciment. À défaut, prenez une eau neutre de source ou de puits ou bien l’eau du robinet, tirée au moins un jour à l’avance. La température se situera entre 15 et 5 °C.

2/ Coupez 1 kg d’orties fraîches.

Choisissez des orties encore jeunes, non montées à graines. Enlevez les tiges si elles sont un peu trop fibreuses. Coupez les orties en menus morceaux pour favoriser la solubilisation des substances actives.

3/ Immergez les orties dans l’eau.

Pour faciliter la filtration ultérieure, il est utile de déposer les orties dans un sac un tissu poreux (mousseline …) ou un bas. Posez dessus une planche lestée d’une pierre pour éviter la remontée du sac hors d’eau. Couvrez d’une planche ou un couvercle non hermétique. Placez dans une remise, un abri de jardin, à l’abri du soleil, mais évitez la cave qui risque d’être trop froide.

4/ Remuez la macération...

Remuez la macération chaque jour avec un bâton pendant au moins deux minutes pour oxygéner l’eau. La macération doit rester aérobie pour être efficace et ne pas sentir mauvais. De fines bulles de fermentation remontent à la surface lors de ce brassage.

5/ Au bout de 8 à 15 jours...

Au bout de 8 à 15 jours, selon la température extérieure, la fermentation ralentit fortement. Quand aucune bulle ne remonte plus en surface, cela signe la fin de la fermentation. Filtrez plusieurs fois sur un tamis à mailles très fines ou grâce au tissu poreux. Stockez si nécessaire la macération dans un bidon, à l’abri de la lumière et de la chaleur et videz les résidus d’ortie sur le tas de compost.

Texte : Denis Pépin et Crédit photo : shutterstock.com/ vaivirga

Comment préparer le purin d'ortie

© 2017 botanic® - v.0.1.0.0