Veuillez patienter...

Des limaces sous contrôle

L'hiver doux et humide profite aux limaces et aux escargots qui maintiennent leur activité et se reproduisent en grand nombre.

Leurs œufs, pondus en automne ou au début du printemps selon les espèces, éclosent en masse et donnent naissance à une armée de bébés qui peuvent décimer en un temps record des semis ou des jeunes plants de fleurs, de laitues ou de haricots. Pour freiner leur expansion et éviter les dégâts sur les plantes du jardin, intervenez rapidement, mais sans nuire pour autant aux vers de terre, aux hérissons, aux crapauds, aux grives qui sont vos meilleurs alliés naturels dans cette lutte incessante.

Lutte préventive

Au potager, avant les semis et les plantations, travaillez la terre pour l'assécher en surface. Rien de plus facile, il suffit de l'émietter avec une fourche à bêcher ou une fourche écologique puis de passer le croc régulièrement en surface. Les œufs pondus dans les 15 premiers centimètres et les bébés limaces ne résistent pas au dessèchement induit par ce griffage régulier.

Des barrières : efficaces peu longtemps

Entourez les plantations sensibles aux limaces avec un peu de cendre, de sciure ou de paillettes de lin. Ces matériaux rugueux ou caustiques (cendre) entravent leur progression. La cendre perd toutefois rapidement de son efficacité dès qu'elle est mouillée.

Des pots pour les piéger

Le piège à limaces est constitué d'un pot recouvert d'un chapeau qui laisse passer les limaces et les escargots. Remplissez-le d'un peu de bière et enterrez-le de moitié, juste à côté des plantes à protéger. Attirés, les mollusques iront se noyer dans la bière. Mais, inconvénient majeur, la bière attire aussi les carabes, de gros coléoptères noirs pour la plupart, qui sont de gros consommateurs de mollusques, notamment leurs œufs et leurs bébés. Si c'est le cas, remplacez la bière par quelques granulés anti-limace classiques (au ferramol). Attirés, seules les mollusques entrent dans le piège pour le consommer et meurent sur place. Il ne vous restera plus qu'à vider le pot dans la poubelle.

L'anti-limace biologique

Le phosphate de fer est la substance active de ce nouvel anti-limace appelé Ferramol. Il est non toxique pour les animaux du jardin, mais toutefois toxique pour les vers de terre à haute dose. Épandez-le sur les parties du jardin à protéger en respectant les doses indiquées. Il est encore plus actif s'il est mouillé. En le consommant, les mollusques perdent l'appétit et retournent dans leur cachette pour mourir discrètement hors de portée des animaux. Vous ne verrez plus les limaces mortes avec leur traînée de bave mais vous constaterez seulement que les plantes ne sont plus grignotées.

Texte : Denis Pépin et Crédit photo : shutterstock.com/ Lisa S.

Des limaces sous contrôle

© 2017 botanic® - v.0.1.0.0