Nous utilisons des cookies afin de réaliser un suivi statistique des visites, vous permettre de rester connecté à votre compte client pendant votre navigation et vous faciliter le partage de contenus via les réseaux sociaux. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez la politique d'utilisation des cookies.

En savoir plus

Construire un abri pour les insectes

Certains insectes bienfaiteurs du jardin logent dans des galeries creusées dans des rameaux d'arbustes à moelle ou aménagées dans les tiges creuses de plantes sauvages.

Construire un abri pour les insectes

Les premières sont fréquentées par des petites guêpes solitaires (moins de 1 cm), inoffensives et sans danger pour l’homme, qui chassent des insectes ravageurs pour nourrir leurs larves. La « reine » pemphrédon, l’une des guêpes solitaires les plus communes, creuses une série de loges dans une tige à moelle. Elle pond un œuf dans chaque loge, dépose à côté une dizaine de pucerons endormis par une piqûre puis ferme la loge avant de passer à la suivante. Dans une tige de 20 cm, elle dépose ainsi jusqu’à 500 pucerons. D’autres guêpes nourrissent leurs larves de moucherons ou de chenilles.

Les tiges creuses sont aménagées par des abeilles solitaires fort utiles au printemps pour polliniser les fleurs des arbres fruitiers. Elles restent dans les parages de leur « ruche » et sont souvent plus efficaces au printemps que les abeilles sociables. L’une des plus connues est la mégachile qui découpe des rondelles dans les feuilles, en particulier celles des rosiers, puis les enroule en forme de cigare pour tapisser l’intérieur des tiges creuses et aménager des loges douillettes. Dans chacune, elle pond un œuf et dépose du pollen pour nourrir la larve. L’osmie s’installe directement dans une tige creuse et en bouche les orifices avec de la terre. C’est elle qui bouche ainsi les trous d’évacuation des eaux situés en bas des fenêtres. Si vous lui offrez des tiges creuses, elle épargnera vos fenêtres et vous profiterez des ses talents de pollinisatrice.

Récoltez des rameaux creux et à moelleRécoltez des rameaux creux et à moelle

Profitez des opérations hivernales de taille des arbustes pour récolter les rameaux appropriés aux insectes.

Rameaux à moelle : ronce, rosier, buddleia, deutzia, sureau, framboisier, soleil vivace, hortensia… Coupez chaque rameau à moelle en tronçons bien droits de 20 à 30 cm de longueur. Liez une quinzaine de tiges à moelle d’égale longueur mais de diamètres différents en formant un joli fagot. Gardez les à l’abri de la pluie dans l’attente de leur mise en place au jardin.

Rameaux creux : bambou, canne de Provence, tiges de berce, de carotte sauvage, de fenouil, céleri vivace, forsythia… Coupez chaque rameau creux en tronçons de 15 à 20 cm de longueur. Bouchez l’une des extrémités avec de la boue. Assemblez une quinzaine de tiges de diamètres différents.

Installation au printempsInstallation au printemps

Début avril, fixez chaque fagot dans le jardin, les tiges à moelle en position verticales ou horizontale, les tiges creuses en position horizontale. Choisissez un emplacement ensoleillé, situé entre 50 cm et 2 m de hauteur, orienté vers le sens opposé aux vents et pluies dominantes. Le rebord d’un fenêtre ou d’un abri de jardin convient très bien. Les abeilles et les guêpes solitaires s’y installeront courant avril, début mai dernier délais, jusqu’à fin mai en zone montagneuse.

En place toute l’année

Surveiller l’installation des insectes est un vrai plaisir. Leur va et vient s’arrête vers la fin du mois de mai ou en juin selon les régions. Puis, les reines meurent. Seules survivent les larves présentes dans les tiges occupées. N’y touchez surtout pas et laissez les en place jusqu’au printemps suivant, pour permettre aux jeunes adultes d’en sortir pour se reproduire et mettre au monde une nouvelle génération.

Utilisez une bûche percéeBuche percée

En complément des tiges creuses, les abeilles solitaires s’installent volontiers dans les trous percés dans le bois mort par des insectes xylophages. Vous pouvez très facilement reproduire ce système naturel. Choisissez une buche de bois dur (chêne, hêtre, pommier, charme…) de 15 à 20 cm d’épaisseur. Percez y une série de trous de 2 à 8 mm de diamètre et de 10 cm de profondeur. Suspendez la buche verticalement comme pour les tiges creuses, au beau milieu du jardin, tournée vers le sud.

 

Illustration : Jérôme Desbordes
Texte : Denis Pépin

1 commentaire

Portrait de sylv.monerat@gmail.com
Maelig g. il y a 2 an 2 semaines

Très bon conseil de fabrication, et facile à faire pour les enfants.

Please register or login to post a comment.

Découvrez tous les avantages de la carte club botanic®
› Tous les avantages

view counter
Après avoir ouvert ses 3 premiers magasins en version « zéro pesticide chimique » en 2007, botanic® généralise le principe sur tous ses magasins.Depuis le 1er...
Depuis mars 2007, l'ensemble du rayon des produits de jardin est organisé autour du Point Conseil Eco-Jardinier. Le point conseil éco-jardinier
Zéro engrais et pesticide chimiques c'est possible !

› Tous nos conseils :
Jardin | Animalerie | Déco | Marché bio

Notre sélection de produits

42,00 €

29,95 €

l'unité

64,00 €

39,50 €

Camélia

19,50 €

15,50 €

Verrerie haute

16,95 €

12,95 €

Cache pot rouge pot 1L

Botanic® TV

Jardiner

Découvrez les vidéos jardin

Une jardinière de plantes aromatiques bio

› Découvrez les vidéos jardin

Conférences

Découvrez les conférences

Bernard Dufournet :"Pourquoi introduire la bio dans la restauration collective"

› Découvrez les conférences

Recettes

Découvrez les recettes

Le crumble aux légumes, faites le plein de légumes pour la rentrée !

› Découvrez les recettes